Ce millésime (2017) restera dans les mémoires comme le plus millésime le plus précoce de la région viticole de la Rioja et de Navarre. L’avancement de la saison a été principalement causé par des températures chaudes de mars à début juillet. Les températures en juillet et août n’étaient pas très éloignées de la moyenne, le mois de septembre étant également chaud. En outre, les parties de la région situées à plus haute altitude ont souffert fin avril d’un gel dramatique, beaucoup plus dévastateur que le dernier gel généralisé de 1999 ou, plus probablement, d’une ampleur semblable au gel de 1967. Ainsi, en raison d’une phénologie plus précoce et de rendements plus faibles en raison des dommages causés par le gel, la récolte a été avancée de 2 à 4 semaines par rapport à la moyenne, ce qui en fait la récolte la plus précoce dans les régions les plus froides. En ce qui concerne la disponibilité de l’eau, les vignobles non irrigués ont dû faire face à des pénuries modérées à sévères, le peu de pluie reçue au cours de l’automne et de l’hiver n’ayant pas suffi pour remplir les réservoirs d’eau dans le sol, et les précipitations pendant la période d’activité, bien que se situant dans la moyenne, n’ont pas pu combler ce déficit. La maturité technologique du raisin a été correctement atteinte, bien que la maturité phénolique ait été quelque peu compromise dans certains vignobles en raison du court laps de temps écoulé entre la véraison et la vendange.

Université Rennes 2 Le Centre national de la recherche scientifique L’Institut Français de la Vigne et du Vin Inra Hochschule Geisenheim University Plumpton college Bordeaux Sciences Agro Universitatea de Ştiinţe Agricole şi Medicină Veterinară 'Ion Ionescu de la Brad' ecoclimasol