Atténuation des émissions de GES des pratiques culturales selon les scénarios de changement climatique

Objectifs

L’action B2 a pour objectif principal la compilation de références sur les vignobles suivis et la caractérisation des différentes émissions, dues aux pratiques viticoles, à travers l’Europe.
Cependant, l’action B2 va plus loin en développant une méthodologie d’évaluation multicritères incluant des indicateurs de performance spécifiques aux itinéraires techniques afin de mettre en lumière les potentiels transferts de pollution. En effet, il est pertinent de vérifier si la diminution des émissions GES ne cause pas une augmentation des autres impacts environnementaux et des coûts de production.

Cette méthodologie doit être performante, aussi bien pour les pratiques observées sur le terrain, que pour les futurs scénarios calculés par le modèle. La compilation de références a pour objectif d’améliorer le modèle d’adaptation multi-agent (Action B1) avec de nouvelles contraintes afin d’améliorer les scénarios d’atténuation et d’apporter des réponses à « L’atténuation des émissions de GES des pratiques culturales selon les scénarios de changement climatique ».

Ces indicateurs doivent, aussi, être communiqués aux opérateurs de la filière (Action B3) afin de présenter, en premier lieu, les performances de leurs pratiques et de comparer, en deuxième lieu, les performances des scénarios des pratiques modélisées afin de construire un plan d’action pour l’exploitation.

Ces indicateurs restent concentrés à l’échelle de la parcelle et ont pour but d’évaluer pour chaque itinéraire technique :

  • l’utilisation directe d’intrants agricoles liée aux pratiques viticoles (énergie, pesticides, fertilisants, prélèvements d’eau),
  • le coût d’un itinéraire technique,
  • les risques potentiels du transfert des intrants principalement liés aux caractéristiques du sol et de la gestion de la parcelle (pour les pesticides et les fertilisants),
  • l’impact environnemental direct et indirect, sur l’air, des émissions de GES et la qualité de l’eau en présence de pesticides et de fertilisants.

L’agrégation de certains indicateurs peut être considérée à d’autres échelles (celle de l’exploitation et des sites de démonstration) ; mais il ne serait pas pertinent de les agréger tous, d’une part à cause de l’hétérogénéité et du manque d’informations et, d’autre part à cause d’autres facteurs importants qui ne sont pas pris en compte dans la méthodologie comme les caractéristiques du paysage, les zones tampons, la dilution de l’échelle à cause d’un bassin versant, l’impact d’autres activités…

 

Responsables de l’action

 

Sophie Penavayre

Sophie Penavayre

 

 

Chargée de mission Environnement, Développement Durable et Territoires
Institut Français de la Vigne et du Vin
sophie.penavayre@vignevin.com

Jean-Philippe Boulanger

Jean-Philippe Boulanger

 

 

Directeur d’Ecoclimasol
Ecoclimasol
jp.boulanger@ecoclimasol.com

Université Rennes 2 Le Centre national de la recherche scientifique L’Institut Français de la Vigne et du Vin Inra Hochschule Geisenheim University Plumpton college Bordeaux Sciences Agro Universitatea de Ştiinţe Agricole şi Medicină Veterinară 'Ion Ionescu de la Brad' ecoclimasol